17 août 2021

Lidar topographie : mode de fonctionnement

Le Lidar topographique ou le Light Detection And Ranging axant sur la topographie a le même principe de base que les autres lidar. Il est conçu pour exécuter des modelages numériques afin de faire le relevé topographique terrestre dans n’importe quelle situation aussi compliquée soit elle. Pour en savoir d’avantage, n’hésitez pas à vous informer sur ce qui va suivre.

Champs de travail du lidar topographie

Le lidar topographie  est un procédé technique de plus en plus moderne qui peut œuvrer dans divers domaines. Son champ de travail se base sur diverses modèles numériques. Il fait alors celui des terrains, des surfaces, des élévations, des canopées et même des hauteurs.

Cette capacité lui permet de travailler dans plusieurs domaines. Le premier est le domaine de l’hydrologie et des barrages. Il peut calculer en avance la hauteur des chutes d’eau, les volumes des réservoirs, les différents impacts et les différents ruissellements.

Il faut aussi noter que dans le domaine préventif, ce système est vital pour détecter les risques naturels. Il peut par exemple agir dans le dépistage des risques d’inondation. Il en est de même pour les risques gravitaires comme une éventuelle chute de bloc de pierre ou bien les risques d’avalanche. Si non, il peut faire le suivi des mouvements de terrains, des érosions ou des glaciers.

A part ces préventions, ce lidar prend aussi une part très importante dans l’économie et le développement. Il peut agir dans les carrières et les mines. Il est aussi très prisé dans la foresterie et l’agriculture.

Il ne faut pas oublier ses rôles dans différentes études d’infrastructures. C’est par exemple un outil obligatoire dans le domaine des transports, dans l’installation des fibres optiques, dans le domaine des bâtiments et travaux publiques. Il y a aussi les pipelines et les lignes à hautes tensions.

Son mode d’action

Pour arriver à ses objectifs et pour satisfaire les clients, le lidar topographie   peut suivre quelques étapes essentielles.

La première étape est la production de nuages de points. Cet évènement est le produit des lasers lancés sur la cible. Il faut noter qu’avec des demandes spécifiques, ces nuages peuvent subir quelques modifications comme la colorisation, la classification ou le dallage. Tout ceci dans le but de faciliter son exploitation.

Cette étape est suivie du calcul et de la mise en œuvre du modèle numérique du terrain ou du modèle numérique de surface. Différentes illustrations comme des vues en 3D des nuages de points ou bien des vues aériennes des zones peuvent accompagner cette étape afin de faciliter son exploitation.

Il faut noter que des travaux complémentaires comme des animations vidéo, des accompagnements personnalisés peuvent assister les clients afin de maximiser l’exploration des résultats.

Les appareils utilisés

Pour pouvoir faire ingénieusement son travail, le lidar topographie a besoin de quelques appareils spéciaux.

Dans la majorité des cas, le premier appareil est l’élément de survol qui peut être un avion, un hélicoptère. Mais la plus sollicitée est l’utilisation de drone. Grâce à ses vertus, ce dernier peut survoler sans aucune difficulté les terrains les plus complexes.

Le second appareil est le capteur lidar. C’est l’appareil spécial qui doit faire le travail. Il est embarqué fidèlement sur le drone. Il doit être accompagné d’un système de navigation inertielle de haute précision.

Pour finir, le tout peut être accompagné d’appareils photos utiles pour la colorisation des nuages de points.