calculatrices
8 août 2017

Lumière sur les calculatrices scientifiques

Les mathématiques à ses débuts ne consistaient qu’à élucider les problèmes minimes de la vie quotidienne. Dans l’Égypte ancienne, ils utilisaient que des chiffres entiers naturels pour compter le bétail et les animaux. Dans la Grèce antique, la géométrie prônait la pensée des intellectuels. Actuellement, les calculs se font rapidement grâce à la calculatrice.

Les premières méthodes de calculs

La toute première calculatrice inventée par l’Homme est le boulier qui est généralement composé d’un carré de bois avec des boules encastré. Il fait souvent office d’allégorie lorsqu’on parle de mathématique. Puis vint la calculatrice mécanique communément appelée la Pascaline. Elle comportait un système d’enchaînement à six roues comportant les 9 premiers chiffres. Ensuite, il y a eu la calculatrice électromécanique accompagnée d’une manivelle pour effectuer les résultats. En 1970, ce fut l’apparition de la première calculatrice électronique par affichage numérique.

Les calculatrices scientifiques, plus qu’un outil

Actuellement, chaque facette de l’activité humaine ne peut plus se passer de calculatrice. Chaque moindre action de l’Homme est la résultante de plusieurs variables ce qui nécessite l’utilisation d’une calculatrice. Cependant, toutes ces actions n’ont pas besoin d’une calculatrice scientifique. Les domaines principaux où l’on rencontre la présence de cette dernière sont les succursales financières et les établissements scolaires et universitaires. Ces domaines sont constamment entourés de calcul complexe ce qui explique l’emploi des calculatrices scientifiques.

La fiabilité des calculatrices

Ces petits boîtiers à chiffre sont quotidiennement utiles. Néanmoins, sont-ils fiables pour autant ? Selon la constatation des étudiants universitaires lors d’un sondage, certaines machines bloqueraient sur des opérations complexes. Certaines donneraient même des réponses fausses et invalides. Alors, comment reconnaître une calculette fiable ? La méthode la plus facile est de s’assurer de la crédibilité du revendeur envers le fabricant. Puis, un essaye de calcul pour vérifier l’efficacité de la machine. Enfin, il faut se rappeler quelques marques qui sont plus performantes que d’autres.

Les différentes machines à calculer

Les entreprises Hi-Tech comme les étudiants et autres secteurs d’activités utilisent généralement des machines à calculer. La plupart des collégiens par exemple se munissent d’une calculatrice scientifique classique. L’écran de celle-ci est réduit (environ 3 cm de large et 7 de longs) et n’effectue que les opérations basiques de mathématiques. Contrairement à la calculatrice graphique qu’utilisent les universitaires et les lycéens. Cette dernière opère généralement des résolutions graphiques d’une suite numérique. Son écran est alors plus imposant.

Les marques et les modèles à savoir

Pour cette rubrique, il est nécessaire de noter les différents marques et modèles suivants pour ne pas se tromper lors de l’achat. D’abord, ne pas oublier le japonais CASIO qui a décoré les bancs des écoles depuis plus de 40 ans. Ensuite, il y a les marques comme HP et Texas Instruments qui ne sont pas de simples concurrents au Japon. Ces marques sont plus connues dans les collèges et les lycéens à l’inverse de CASIO. Enfin, les modèles les plus sûrs sur le marché sont le CASIO FX-CG10 de CASIO, le HP Prime de HP et le TI-83 plus, le TI-84 plus et le NSPIRE CX CAS de Texas Instruments.